Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Les Terres d'Arvernis fin avril 2017
Ven 17 Fév - 17:21 par skipper63

» Tunisie avec le Club Corsica Jeeper's
Lun 6 Fév - 13:22 par Philly

» sortie sous le théme "des forts"
Lun 6 Fév - 13:19 par Philly

» Présentation
Lun 6 Fév - 13:11 par Philly

» Patrol Rassemblement
Mer 1 Fév - 19:42 par Philly

» Attelage remorque sur Jimny
Mar 31 Jan - 11:44 par Philly

» Un petit tour d'Islande...
Lun 30 Jan - 13:32 par Philly

» A votre attention
Mar 23 Aoû - 12:16 par Admin

» contrôle technique
Mar 26 Avr - 18:52 par Admin

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Un petit tour d'Islande...

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un petit tour d'Islande...

Message  Bifidusse le Mar 16 Aoû - 12:38

Rentré !

J'ai vu une quantité de Jimny impressionnante sur place Wink
(et plein de Vitara aussi).

Suzuki doit faire la moitié de son chiffre d'affaires en Islande Shocked Laughing

Petit compte-rendu bientôt Very Happy Wink

Bifidusse

Messages : 64
Date d'inscription : 18/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  spiroule35 le Mar 16 Aoû - 14:34

C'est clair, c'est le pays du Jimny là-bas !!!!
On vous laisse vous poser Wink .....avant d'avoir le plaisir d'en savoir un peu plus sur votre périple... Rolling Eyes Very Happy

_________________
U sòle si pèsa par tutti. - Le soleil se lève pour tous.
avatar
spiroule35
Modérateur

Messages : 966
Date d'inscription : 07/10/2009
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Admin le Mer 17 Aoû - 23:47

On est impatient mais reposez vous bien

_________________
La Corse est un pays libre et ses chemins aussi... RISPETEMU A NATURA
avatar
Admin
Admin

Messages : 1255
Date d'inscription : 13/12/2008
Age : 38
Localisation : Biguglia ( Haute-Corse )

Voir le profil de l'utilisateur http://corsica-suzuki.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Bifidusse le Dim 21 Aoû - 1:34

En attendant, un p'tit monstre... Wink


Bifidusse

Messages : 64
Date d'inscription : 18/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  orpyst le Dim 21 Aoû - 14:28

Magnifique.....
avatar
orpyst

Messages : 222
Date d'inscription : 07/11/2010
Age : 51
Localisation : Nancy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  jerome le Dim 21 Aoû - 16:19

holala le monstre Shocked
avatar
jerome

Messages : 262
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 28
Localisation : porto vecchio

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Admin le Lun 22 Aoû - 9:20

je veux le même !!!!!!!!

_________________
La Corse est un pays libre et ses chemins aussi... RISPETEMU A NATURA
avatar
Admin
Admin

Messages : 1255
Date d'inscription : 13/12/2008
Age : 38
Localisation : Biguglia ( Haute-Corse )

Voir le profil de l'utilisateur http://corsica-suzuki.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Bifidusse le Sam 27 Aoû - 2:49

Quelques impressions générales Wink
Mais peut-être cela serait mieux d'avoir un post séparé ?
Dites-moi Smile


Le principe du voyage
---------------------------

- en véhicule perso (4x4, un ancien Terrano de 1996)
- en bateau, donc, depuis le Danemark (Hirstshals), pour à peu près 1 mois, bateau compris
- dodo dans la voiture (aménagée spécialement pour l'occasion), mais en camping
- faire le tour de l'île et essayer de voir un peu tout ce que l'on avait envie de voir (c'est-à-dire beaucoup de choses Razz). Résultat : 6000 km dont 3800 sur place.


Impressions générales
---------------------------

Bon, je pensais faire court et puis voilà, les mots se succèdent aux mots et puis on finit par faire des pages Razz


Climat (enfin, la météo quoi Razz)

Après avoir lu (dévoré) quantité de blogs, guides, livres et autres forums (dont celui-ci Wink), on s'est préparé pour affronter pluie, vent et froid.
Avec au menu : parasol étanche à accoler à la voiture, vêtements coupe-vent, coupe-pluie et coupe-froid (veste légère censée être étanche et respirante, pantalon de rando de marque spécialisée, bonnet, casquette, bandeau, poncho PVC, pantalon de pluie PVC, bottines ABL - de l'armée belge Wink).

Eh bien, selon l'expression consacrée, on a eu de la chance avec le temps !
Grand bleu à l'arrivée, grand bleu au départ (sisi, j'ai mis de la crème solaire, absolument), temps variable entre les deux, mais jamais pourri. Un seul vrai jour de pluie qui a transpercé les vêtements, deux jours où le camping a été pluvieux.

Evidemment, en étant en voiture, on a essuyé pas mal d'averses quand on était sur la route... quand je dis qu'on a eu de la chance avec le temps, c'est aux moments où la météo aurait vraiment pu pourrir le voyage (camping / randos / balades). Parce que s'il avait plu plus souvent à ces moyens cruciaux, on aurait fini par avoir un souci d'étanchéité de vêtements et de séchage.

Point de vue température, on a pas trop eu à se plaindre. Un petit 8°C en pleine journée si on est un peu en hauteur et sous les nuages comme à Kerlingarfjöll, mais en général on avait bien plus que ça. Les nuits étaient fraîches, ça, c'est sûr Wink

Le vent n'a jamais été un problème. Voire j'ai été un peu déçu ! Parfois un peu secoué la nuit, mais sans plus. Dormir dans la voiture doit sans doute effacer une bonne partie des inconvénients dus au vent. Dehors, en journée, on n'a jamais eu à affronter un vent important. Enfin si, à quelques reprises, des rafales qui sont assez fortes que pour déstabiliser. Mais le vent le plus important, c'était sur le pont supérieur du ferry, tout à l'avant. Ça, c'est du vent Razz

La variabilité de la météo a été sympa avec nous. Mais c'est vrai qu'il faut toujours avoir un polar et une veste de pluie avec soi. On s'est parfois retrouvés dans les nuages en grimpant un peu. Par contre, au soleil ça tape. Je ne m'attendais pas à devoir souffrir de la chaleur ! Bon, c'est vrai, dès qu'on s'arrête un peu de marcher ou que le soleil part, si le vent se lève un peu, il fait vite très frais.


Les paysages / la nature

Ah ! Les paysages ! Si j'avais déjà vu ce que j'appellerais de manière un peu simpliste de grandes étendues bien dégagées (Grand Canyon, Alpes, Irlande, Ecosse...), c'est ici la grande variabilité des paysages qui a été le plus impressionnant. Surtout lors des passages de "cols" ou après le passage d'une petite montée dans l'intérieur du pays. Ou au détour d'un tournant. Ou tout change. Ou encore les passages dans d'interminables champs de lave. Ou les falaises. Les cascades. Enfin, tout quoi. Dans l'intérieur, c'était un vrai feu d'artifice parfois. C'est malheureusement impossible à rendre correctement en photo (en tout cas moi, ça me déçoit tout le temps).

C'est vraiment rafraîchissant de voir encore une nature assez brute et finalement très accessible ! Ailleurs il y aurait une entrée payante, des passages balisés partout et une baraque à frites ou à hots dogs. Ici, ça fait partie du pays. C'est tout. Et c'est gai :-)

Les moutons

J'ai adoré les moutons ! Il y en a partout. Absolument partout. Du bord de la route principale de l'île (voire dessus) aux pentes escarpées (mais verdoyantes).

Il n'y a que dans l'intérieur du pays qu'on n'en a pas vus. C'est d'ailleurs quand on recommence à voir des moutons qu'on sait qu'on rejoint la civilisation Razz

Sinon un mouton c'est un peu comme un chat ou un chien, ils ont des attitudes bien comiques parfois Wink


Les oiseaux

C'est un peu comme les moutons, il y en a partout sauf dans l'intérieur (enfin, bcp moins). Ce qui m'a épaté c'est leur non-farouchitude. Et leur présence. On a l'impression d'être accueillis chez eux.

Les Islandais

Ah, les Islandais Wink

J'ai bien aimé les Islandais.
Physiquement je m'attendais encore, bêtement, à voir plein de blonds partout. Bon, c'est vrai, il y plus de blondes et de rousses que la moyenne, très clairement (les hommes c'est moins flagrant je trouve), mais sans plus.

Par contre, en caricaturant, on pourrait dire :
- qu'ils roulent en 4x4 rehaussé. Presque tous les 4x4, et ils sont nombreux, sont rehaussés. Même peu, mais rehaussés.
- qu'ils reniflent bruyamment : c'est du moins ce qu'affirme le livre "The real Iceland", écrit par un local et dépeignant pays et gens "en vrai". Sur le voyage on a bien dû constater que oui, certains ou certaines reniflent bruyamment, mais c'est normal. On finit par le faire aussi.
- qu'ils doivent tous avoir un vêtement "66° Nord" dans leur garde-robe. Leurs pubs sont gag Wink
- qu'ils ne sont pas toujours très expansifs. Mais souriants et accueillants. Et toujours prêts à aider ou s'arrêter pour demander si tout va bien. Et d'une confiance étonnante dans l'honnêteté des gens (on a perdu ça, je trouve, ici... :-/)

Ah, et ils disent "yaya" pour plein d'occasions différentes. C'est utilisé très souvent, pour plein de choses, pour en avoir discuté avec eux. En pratique j'ai trouvé que ça pouvait se traduire par "en avant", "ça, c'est sûr", "mmmhhh" et ce genre de choses.


Le sentiment national

Est très fort. Ça m'a frappé ! Au début c'est déroutant mais on s'y fait très vite. D'autant que jamais je n'y ai perçu un sentiment de supériorité ou de l'arrogance. Mais ils sont très fiers de leurs produits et de leurs réalisations.

C'est marqué sur les légumes (vient d'Islande). Sur la bière (fait avec de l'eau islandaise, voire "from pure icelandic water"). J'ai même vu, en supermarché, de la Carlsberg light (tout ce qui dépasse qqch comme 2,5% d'alcool est vendu uniquement en magasin d'état) avec, dans la liste d'ingrédients "islenskt vatn". La Carlsberg c'est quand même légèrement danois comme bière (ok, l'Islande a été danoise, certes). Et pas light. Mais ici, pour le marché local, ils ont un version light et faite avec de l'eau locale.

Le "made in Iceland" est également bien mis en avant. Du pull en laine au CD de musique, en passant par le fromage et la charcuterie. Rarement vu une fierté aussi présente. Mais ils sont raison, vu leur isolement, la crise économique qui les a frappé et les frappe toujours, de mettre aussi fort en avant leurs productions locales.

Dans un tout autre style, on a appris, au musée de la colonisation, que Colomb était passé en Islande pour en savoir un peu plus sur ce viking parti d'Islande vers le Vinland (Canada). Pour peu on apprenait que Jésus et de Vinci étaient islandais Razz


La bouffe

Je m'attendais à des restos hors de prix et à devoir manger du pain de mie avec du jambon ou des hamburgers pendant tout le voyage.

Eh bien non, j'ai même bien mangé, je trouve, sur place. Certes il faut aimer le poisson ou le mouton, mais j'ai trouvé la cuisine variée même si, pour un endroit donné, la carte était en général peu fournie. Pour le prix, grosso-modo on a payé ce qu'on aurait payé en Belgique.
Et les burgers, au demeurant excellents, sont très bien servis et très abordables.
Poisson et mouton excellent (bon, je n'en ai mangé qu'une fois du mouton, j'en voyais trop sur la route que pour en manger plus souvent...). Oh, sinon on a mangé un jour du pain mi-noir allemand mi-pain d'épices recouvert de truite fumée à la lave (ou qqch comme ça Razz). Super bon. J'ai très bien mangé, en Islande. Vraiment.

Quelques particularités cependant :

- le chocolat est vraiment pas terrible. Ok, j'ai été nourri à la praline et au chocolat belge (qui est le meilleur du monde, avec le Suisse, allez Razz). Mais tous les chocolats qu'on a essayés étaient décevants. Leurs gâteaux au chocolat sont bien plus réussis je trouve.

- le pain, est décevant aussi. Invariablement mou. Même celui de boulangerie (le prétranché est déjà vendu tranché et emballé dans un sac plastique). Pas mauvais hein, qq graines / épices bien sympas parfois dedans mais c'est mou et industriel. Pour en avoir discuté avec un restaurateur qui servait du "home made bread", il nous disait que les boulangeries étaient moins répandues qu'avant, trop éparpillées. Et que oui, les gens achetaient tous du pain industriel.

Par contre, quand on a eu du home made bread dans un resto, c'était toujours délicieux.

- le fromage et les charcuteries. Damned, on est loin de nos belges et françaises côtes ! C'est simplissime (pour le fromage) voire pas terrible (pour les charcuteries, sauf les saucissons, rares mais honnêtes). Ce n'est pas un jugement hein, mais un peu décevant. Bah, on n'est pas venu ici pour ça Wink

- le Skyr. Ah ! Enfin j'ai pu goûter le fameux Skyr ! Pour moi c'est une sorte de mix entre du yaourt et du fromage frais. Crèmeux. Un peu acide. Délicieux. Selon un ranger avec qui on a été faire une balade à Myvatn, le skyr est définitivement plus un fromage qu'un yaourt. Mais quelle que soit sa définition biologique, c'est délicieux. Si celui du commerce est déjà très bien, celui de certains restos est divin (essayé dans le nord, à Raufarhöfn). Souvent accompagné de myrtilles et d'une sorte de biscuit-crumble dans le fond. Argh. La prochaine fois je prend un frigo digne de ce nom avec moi et j'en ramène. Trop bon Smile

- l'eau. Dont ils sont très fiers. Celle du robinet est potable quasiment partout. Il paraît même qu'avant, acheter de l'eau en bouteille était une hérésie. Cela dit, on en trouve dans les magasins. De retour chez moi, je trouvais que l'eau qui était dans ma bouteille, conservée amoureusement au frigo pendant que j'étais absent, avait un petit goût pas frais. Je me suis dit : "c'est normal, après un mois". Ben non. La fraîche a ce petit goût aussi. Pas terrible. Alors que l'islandaise a un petit goût de Spa Reine pas désagréable. ça, j'en ai ramené, de l'eau Laughing

Au resto, l'eau (du robinet) est gratuite. Pour un Français ça tombe sous le sens mais pour un Belge c'est toujours une bonne surprise. Ici c'est complètement inconnu, la carafe d'eau. En Belgique, si tu veux de l'eau, tu dois payer, très cher, de l'eau en bouteille. Et on s'étonne qu'on préfère boire de la bière ! Laughing

- les chips. Les Belges doivent visiblement être fanas de chips. On a trouvé plein de chips fabriqués en Belgique. ça fait peur.

- le café. On en a trouvé partout , et om est très bon. Visiblement ils reviennent de loin dans ce domaine. Tradition sympa : si on prend un café normal, se resservir est gratuit. Les Allemands font ça aussi. Avec la bière (évidemment !).

- la bière, justement (et les alcools en général). C' est toujours particulier de se rappeler qu'elle n'est légale dans le pays que depuis qq années (1989 je pense). Encore plus drôles sont les horaires d'ouverture de certains vinbuddin Razz (celui de Seydis ouvre de 17-18h tous les jours de la semaine, arf).

Sinon leurs pils sont bonnes. Et le Brennivin sympa. Aromatique. Pas dégueu du tout.

- les portions. Sont à l'anglo-saxonne. Ou en tout cas à l'américaine. Pizzas 9, 12 et 16" (40 cm). Sodas normaux en 50 cl. Et si c'est servi en 25 cl, la différence de prix est ridicule avec la version 50 cl. Ces gens ont tout compris ! En Belgique on te regarde comme un extra-terrestre quand tu demandes si c'est possible d'avoir un grand coca. Sinon t'as droit à la bouteille de 20 cl avec glaçons et citron. Beurk.


Le sens de l'humour


Est omniprésent, surtout à l'écrit. Ils sont peut-être un peu réservés, mais à l'écrit, c'est un peu anglais, pince sans rire, tout en décontraction. J'adore :-) Vu sur une porte à Seydisfjördur : Caution, low doors ! Made for cows ! Laughing


Les prix

Sont vraiment devenus comparables à ce que l'on a en Europe "historique. Quand je vois les prix rapportés en 2005/2006 par des voyageurs européens, je constate qu'on reçoit pas loin de deux fois plus de Kronurs par euro maintenant ! Certes les prix, sur place, ont augmenté (info locale) mais l'Islande est devenue abordable pour nous. Compter 160 ISK pour 1 € (diviser le prix en ISK par 1000 et multiplier par 6). Le litre d'essence a été entre 235 et 242 ISK pdt le séjour (même prix pour le diesel).

149 ISk le paquet de 10 mouchoirs jetables. 300-500 le paquet de chips. 1500-2000 pour une nuit de camping (pour deux). 14 000 - 25 000 le pull en laine. 2500 le CD. Bref, des prix très proches de ce qu'on peut trouve ici (un peu chers, les chips, cependant Wink - vous allez finir par croire que je ne mange que des chips et de la charcuterie Razz Wink)


Les routes

Il y a pour moi, deux types de routes en Islande :
- les goudronnées
- les pas goudronnées

C'est un peu caricatural mais assez proche de ce que j'ai vécu sur place. Les goudronnées sont systématiquement en bon état. Je ne pense pas avoir vu un seul trou dans un route goudronnée. Pourtant, des kilomètres, on en a fait. ça change des (auto)routes belges.

Dans les non goudronnées, ça va de la route de montagne censée être réservée aux 4x4 où l'on se surprend parfois à rouler à 80 en toute décontraction (c'est relatif Razz) à la route secondaire, censée être accessible à tout véhicule, défoncée de nids de poule et "tôle ondulée" pendant des kilomètres et des kilomètres, où je n'emmènerais pas ma C2. Mais l'inverse est vrai aussi Razz En bref, dans les routes secondaires, les routes F de montagne et les pistes, c'est un peu au petit bonheur la chance. Dans tous les cas ce n'est jamais de tout repos et j'étais bien content d'avoir le Terrano.

Ah, et les gués, c'est vraiment impressionnant au début. Après on s'y fait et on ne s'arrête même plus pour voir l'eau dégouliner des portes Wink Sur notre parcours, on n'a pas eu de gros gué, véritablement. Deux ou trois un peu plus profonds où j'ai senti que le moteur ne s'embêtait pas.

Allez, bientôt le vrai compte-rendu Wink

Bifidusse

Messages : 64
Date d'inscription : 18/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  spiroule35 le Sam 27 Aoû - 12:42

Salut !
Effectivement, on va faire un sujet séparé de ton voyage en Islande...indique-nous le titre de ton sujet ci-dessous et on scindera ton actuel sujet en 2 à partir de ton retour.

En tout cas, je viens juste de parcourir très très brièvement tes impressions et ça va être très intéressant d'avoir ici ce genre de retour -d'autant que tu n'as pas été chiche de précisions- ça va être très appréciable !!!

_________________
U sòle si pèsa par tutti. - Le soleil se lève pour tous.
avatar
spiroule35
Modérateur

Messages : 966
Date d'inscription : 07/10/2009
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  orpyst le Sam 27 Aoû - 18:51

Mieux que les guides que l'on trouvent dans le commerce...
avatar
orpyst

Messages : 222
Date d'inscription : 07/11/2010
Age : 51
Localisation : Nancy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Admin le Lun 29 Aoû - 23:09

Alors là, je dis bravo; ça c'est du compte rendu avec pleins de détails sur tout, c'est génial...
Il faut que je m'y replonge plus en détails.... mais c'est top; MERCI

_________________
La Corse est un pays libre et ses chemins aussi... RISPETEMU A NATURA
avatar
Admin
Admin

Messages : 1255
Date d'inscription : 13/12/2008
Age : 38
Localisation : Biguglia ( Haute-Corse )

Voir le profil de l'utilisateur http://corsica-suzuki.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Bifidusse le Mar 30 Aoû - 1:46

spiroule35 a écrit:Salut !
Effectivement, on va faire un sujet séparé de ton voyage en Islande...indique-nous le titre de ton sujet ci-dessous et on scindera ton actuel sujet en 2 à partir de ton retour.

En tout cas, je viens juste de parcourir très très brièvement tes impressions et ça va être très intéressant d'avoir ici ce genre de retour -d'autant que tu n'as pas été chiche de précisions- ça va être très appréciable !!!

Je propose, comme titre : "Un petit tour d'Islande..."

Bientôt, les 3 premiers jours Wink

Bifidusse

Messages : 64
Date d'inscription : 18/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  spiroule35 le Mar 30 Aoû - 2:47

C'est tout bon mon cher, voici ton tout nouveau sujet tout propre tout beau !!!!

Vraiment excellente ta façon de bien décrire les choses dans leur réalité vécue... C'est une très belle richesse que tu nous déposes ici ...
On t'en ait vivement reconnaissant !!!
Vraiment de fond du coeur Exclamation Exclamation Exclamation

Je propose qu'on te surnomme quelque chose comme "Routard Guide"...ou autre proposition bienvenue, hein les amis ??? Wink

Et on attend la suite avec délice....

_________________
U sòle si pèsa par tutti. - Le soleil se lève pour tous.
avatar
spiroule35
Modérateur

Messages : 966
Date d'inscription : 07/10/2009
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Bifidusse le Mar 30 Aoû - 11:11

Merci merci, ça me fait très plaisir de lire tous vos retours Wink

Alors...

Aujourd'hui : jours 1 à 3 :


Jour1 : yaaaaaaaaah !

ça y est ! C’est le grand jour !
Voilà 3 ans que je pense à ce voyage, je finissais par croire que je ne le ferais jamais.
Il faut dire que ça demande un peu de préparation pour un grand indécis Razz

Très important les préparatifs.
Tiens, à ce propos, ai-je bien pris tout ce qu’il fallait comme chaussettes ?




(je sais, cette photo est à la fois d’un intérêt prodigieux et d’une pertinence islandaise tout à fait fondamentale).

Et est-ce qu’on a tout le reste ?





Mmmmh, je pense.
Vous apprécierez au passage ma jolie veste vert Granny Smith et notre valeureuse glacière électrique. Qui, si elle n’aura jamais vraiment bien refroidi ce qu’on y mettait (on s’habitue au Pepsi froidasse, sisi), aura eu le mérite de résister aux routes islandaises et à leurs vibrations et poussières. Et à nous préserver du chocolat fondu par la chaleur et du fromage perdu pour cause excessive. Ce qui n’est déjà pas mal.

Le machin rouge c’est la sangle qui tient les couvercles fermés pour éviter que ça ne clappe-clappe à longueur de nid de poule ou pour empêcher que les affaires ne soient autant d’OCPI (objets contondants parfaitement identifiés) en cas de rencontre accidentelle.

Bon allez, go !

Partis vers 12h. S’ensuit un route interminable à travers la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne et le Danemark. 1100 km d’autoroutes avalés à un 100 de moyenne pour ne pas fatiguer la bête et éviter qu’elle ne descende tout son réservoir trop vite (j’étais un peu short sur la préparation et j’ai dû faire 500 bornes après l’avoir achetée, avant de partir, pas bien. Je n’avais donc qu’une petite estimation de la conso).

(attention, preuve scientifique ci-dessous)





Et puis de toutes façons on nous fait miroiter la vitesse libre en Allemagne mais les deux dernières fois que j’y suis passé c’était une succession de portions vaguement libres, courtes, et de portions en travaux limitées à 80. On va dire que ça diminue la quantité de CO2 du voyage Razz





Rien de bien particulier à dire sur la route, on fait les habituelles pauses essence, pipi et mini-relaxation de membres engourdis par les longues heures passées au volant.

L’avantage des pauses, ce sont les photos conceptuelles.





Exception notable à une certaine monotonie paysagère, Hambourg. Une myriade kyriellesque (je sais, ça n’existe pas Razz) de conteneurs et de grues. Assez impressionnantes à voir avec le soleil couchant.
Il ne doit pas être loin de 21h et le GPS nous indique qu’on arrivera à 2h.





Le jour s’est déjà bien barré qu’on arrive au Danemark... qu’on ne verra donc pas beaucoup.





(trace, trace !)





Vers 3h, c’est bon, j’arrête, continuer serait trop dangereux.
On se réfugie sur une aire danoise.
On a une voiture dans laquelle on peut dormir, oui ou non ? Bon ! Wink




Sur le parking, il y a des indices qui ne trompent pas : nous sommes sur la bonne route ! (et dans le bon sens).





Smyril étant la compagnie du bateau que l’on va emprunter pour aller en Islande.

Allez, petite sieste.

Tiens, petit interlude statistique.
Vous savez combien de Terrano II essence il y a en Belgique ? Non ? Bon, moi non plus mais je pensais avoir l’un des rares exemplaires. La Belgique est terre de diesel (on pourrait faire des scooters diesel on le ferait) même pour les citadines alors, pour un gros machin comme un 4x4, vous pensez.
Et des Terrano II essence, belges, qui sont susceptibles de se retrouver sur le même parking danois à 1h de route du port d’embarquement pour l’Islande ?

Ben y’en avait un !





D’accord, un court, certes, mais un T2 quand même.

Ah ! Je ne suis pas le seul fou à rouler à l’essence. Quelque part, ça rassure.
On discute le bout de gras avec le monsieur (ils sont 3 avec tout le matos de camping, là-dedans...) et on reprend la route. En grand stressé des horaires, je n’aimerais pas rater le bateau...


Le petit matin au nord du Danemark est accueillant et particulièrement apaisant.









Allez, dans moins d’une heure, on sera au bord de l’eau, en train de rêver à tout ce qui nous attend :-)

Bifidusse

Messages : 64
Date d'inscription : 18/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Bifidusse le Mar 30 Aoû - 18:01

Jour 2 : c’est pas qu’on a envie de quitter la terre ferme mais on a une île à rejoindre nous !

Deuxième jour du périple.
Les choses sérieuses commencent.

Même si, l’arrivée au port est un peu particulière. On est au bout de presque nulle part, tout est très calme et pour peu, on pourrait croire l’endroit désert...

Heureusement, la vue du check-in nous indique que l’on est sur la bonne route Razz (et plusieurs panneaux aussi, soyons honnêtes).



Check-in où j’ai pu vérifier que le T2 passait à 1.81m. Avec ou sans les barres de toit ?

Suspense ! La limite étant à 1.9 m et ayant mesuré le T2 à 1.89... hein... je veux bien que m’on rassuré sur ce point mais quand même.

Le check-in est une simple formalité.
Bonjour (enfin, hello), on tend les papiers, il rend les papiers (avec un boarding pass et les « clés » de nos luxueuses couchettes).

Ah ! Nous voilà avec un pied, voire 4 roues, dans la porte. On y est presque...

Et on n’est pas les seuls ! Pourtant, on est arrivé avant les 2.5 h d’avance que l’on doit avoir avant l’embarquement (mmmhhh, je ne suis pas sûr de la bonne construction de la phrase, mais vous avez compris Razz). Vache, y’a du monde.



Les petits hommes jaune fluo rangent les voitures dans des files marquées au sol. Ils pré-remplissent comme ça le bateau. Et te font « garer » vraiment très près de la voiture précédente. Heureusement qu’ils nous guident, parce qu’avec le pare-buffle/moutons/piétons qui était fourni avec le T2, ça pousse à la prudence.

Bon ! C’est pas tout ça mais on attend nous. D’ailleurs, on est dans les starting blocks.



Et il y a de tout qui embarque. Un T2 bien sûr (ça, vous allez le voir, celui-là... Razz), des motos, des camions aménagés qui font un peu bunker parfois (avec ça au moins, tu ne te poses pas de question face aux gués), des def, des transporter... mais aussi des vélo. Dont un couché.








Et tout le monde a le petit machin jaune que vous voyez là.

Mais si, là, regardez bien...
Celui-là, où il est marqué ICELAND :-)







Tiens, tant que j’y pense, vous savez à quoi ça sert ça ?

C’est un car-wash à bateau ? Un chantier naval couvert ?



En attendant, c’est joli à photographier (c’est comme ça qu’on revient avec des tonnes de photos, ça...)

L’attente est un peu longue. Une fois le check-in passé, ça a bien duré 1 minute et 30 secondes, on s’ennuie un peu... on a vite fait le tour de la zone. Prévoir un grignotage ou du bricolage en retard qu’on a pas eu le temps de finir avant de partir. ça occupe Wink


Et puis on guette le bateau... qui finit par pointer le bout de son nez.







Il est assez majestueux vu comme ça.
C’est le Norröna, un bateau de la compagnie des îles Féroés (paraît que dans Féroés il y a déjà le mot « île », donc on n’arrête pas de dire les îles iles à mouton, c’est un peu bête... Razz).
Il date de 2003 et a été fabriqué à Lübeck (ou alors c’était de l’art, mais il y avait une plaque avec écrit Lübeck et 2003 à la réception Laughing)

Il peut transporter 1500 personnes et je ne sais plus combien de Terrano.

Allez, on laisse ceux qui reviennent sortir (les pauvres :-/)...



... on regarde encore une fois dans le rétro...



... on trépigne quand la ligne d’à-côté vient de se vider de ses pétaradants motards...



et on y va !



(vous m’excuserez de la pixellisation de cette photo, mais elle est extraite d’une vidéo. Ben quoi, une main sur le volant, ça suffit pour grimper en ligne droite... Razz)

(oui, je suis un malade du souvenir, mais ça, vous vous en doutiez)

Grimper la rampe est assez impressionnant. Au bout, demi-tour, re-grimpette pour aboutir au pont n°4. Ou je gare titine bien contre le mur. Coup de bol, je n’ai personne juste devant moi puisque je suis juste à côté de la porte. C’est pratique, vous verrez pourquoi.



Sinon en hauteur, ça passe.



Mais on fera pas des bonds dans la voiture, on ne sait jamais.

Une fois à l’intérieur on regarde les autres rentrer...



... puis on va voir ces fameuses couchettes.



C’est pas grand. Et encore, là c’est une de 6. Au retour on a eu une de 9 (couchettes).
Et les 9 c’est pas plus grand qu’une 6, ils ont juste ajouter 3 couchettes en haut. Autant vous dire que ceux qui dorment tout en haut avaient moins de place que nous dans la voiture.

Il faut savoir aussi que les couchettes sont au pont n°2. Sisi, en-desous des voitures. Il n’y a que de la lumière artificielle. Le couloir est allumé tout le temps et comme vous le voyez, les portes sont très légèrement ajourées. Et il y a une soufflerie bien présente.

Le paradis sur terre Razz

C’est propre, très propre même (forcément, on ne peut décemment y rester que pour dormir, on va pas salir Laughing) et on a l’impression que ça vient d’être fait tellement c’est en bon état. Mais on n’y vient vraiment que pour dormir.

A propos de dormir, on avait demandé, à l’embarquement, s’il y avait du linge de lit de prévu (naïfs que nous sommes). On s’est vu répondre que oui. Ben non.
Petite panique et aller-retour express au car deck qui ferme pour la traversée. Près de la porte, c’est bien, ça... Wink

Cerise sur le gâteau, la compagnie a le sens de l’humour :



C’est de la provocation ! Razz

Allez, au revoir Danemark, bonjour la mer...



Et qu’est-ce qu’on fait pendant deux jours sur un bateau ? Ben le premier, t’es tellement crevé du trajet que tu siestes une bonne partie de la journée, sur le pont. Il fait beau ! Mais pas super chaud.

Tiens, d’ailleurs, vous voyez les chaises sur le pont ? Elles sont toutes regroupés près des aérations. C’est normal : c’est de l’air chaud qui sort ça madame. Et vu le vent su le pont, on se met près des murs et là où c’est le plus chaud !



Au fil du temps on a finit par acquérir une grande expérience des aérations du Norröna. L’idéal était celle du milieu. « visiblement » (parce qu’on peut pas dire que ça soit très visuel...) la première est celle des petits coins (on fait mieux... d’accord, on se les gèle, mais quand même...) et la dernière celle de la piscine (où tu finis par avoir la gorge irritée à force de respirer le chlore).

Sinon loin des aérations ça marche aussi. Mais faut se couvrir si on envisage de rester plus de 10’ Wink



Grand beau sur le Norröna, petit repas à la cafétéria (compris dans le prix du billet couchette, et je me plains encore Razz) et recherche désespérée d’une prise pour le PC.
Car visiblement, en 2003, ils n’avaient pas prévus que les 1500 passagers seraient tous en recherche d’une prise pour recharger GSM, ordi et batteries de tout poil. Pensez à prendre un multiprise ou prévoyez de vous asseoir par terre dans le couloir pour pouvoir utiliser votre PC.

Bon, saura-t-on dormir dans nos cages à poules ?

(suspense)

Bifidusse

Messages : 64
Date d'inscription : 18/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Admin le Mar 30 Aoû - 19:10

Ca commence bien..... c'est génial, on attend la suite.Merci en tout cas

_________________
La Corse est un pays libre et ses chemins aussi... RISPETEMU A NATURA
avatar
Admin
Admin

Messages : 1255
Date d'inscription : 13/12/2008
Age : 38
Localisation : Biguglia ( Haute-Corse )

Voir le profil de l'utilisateur http://corsica-suzuki.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Bifidusse le Ven 2 Sep - 1:43

JOUR 3 : la tension monte...

Enfin, la tension monte, on ne peut pas dire qu’on se stresse sur le bateau.
Le bateau c’est quand même assez relax. ça doit même être franchement sympa quand on a une vraie cabine et qu’on va au resto tout le temps (je suis gourmand, rien que de le dire ça me donne faim, tiens).

Bon, jour 3 = jour 2 de bateau = dans pas longtemps l’Islande. Je ne vais peut-être pas m’appesantir plus que de raisonnable sur cette troisième, journée. J’ai cru percevoir une certaine impatience légèrement sous-entendue dans certain commentaires de type « ok, il est beau ton bateau, on voit que t’adore ta bagnole et que tu fais des photos toutes les 3 minutes, mais l’Islande dans tout ça, hein, tu va nous la montrer cette Islande avec laquelle tu nous bassines, HEIN ? »

(bon d’accord j’exagère un peu)

Jour 3 donc.

Ah oui : on a donc correctement dormi. Même s’il faisait épouvantablement chaud dans ces couchettes. On entend pourtant bien la soufflerie mais 6 adultes dans qqch qui doit faire 8 m³, ça doit être ça qu’on appelle la chaleur humaine.

Jour 3, donc.

Qu’a-t-on fait ? Manger. Je vous conseille de prendre, à l’avance ou sur place (c’est moins cher en précommande) un ticket pour le petit déjeuner buffet. J’avais gardé un très bon souvenir du bacon de mon dernier ferry (j’étais encore à l’école, c’est vous dire si Sadate comme dirait Claude). Ici le buffet est assez somptueux : bacon, saucisses, haricots rouges en sauce, pommes de terre façon « wedges », oeufs brouillés, oeufs durs, oeufs mollets, yaourts, céréales, pâtisseries danoises, pains, fromages (même des à poils ou qui puent - j’adore le fromage :-)), saumon fumé gravlax, harengs/maatjes, melon, pastèque, tomates, salade, café, jus d’orange, de pomme, eau, lait...

Le paradis sur Terre, le vrai cette fois-ci.



Je dois bien avouer que je prenais une assiette de saucisses/bacon/oeufs/pdt, suivie d’un assiette poisson / fruits (le plus difficile étant de faire en sorte que l’un ne touche pas l’autre), le tout accompagné de jus d’orange (bon d’accord le jus d’orange avec le poisson c’est moyen mais je voulais de la vitamine C et même l’eau islandaise, vénérée par les locaux, n’en contient pas donc bon), pour terminer avec une pâtisserie un peu chocolatée pour accompagner le café.

Vous comprendrez qu’on ne mangeait pas beaucoup à midi.

Le plus dur était de devoir se lever avant 10h (oui je sais, c’est un supplice).

ET L’ISLANDE BON SANG ?

Ah oui, juste, c’est vrai que mon régime alimentaire n’est peut-être pas le plus passionnant mais que voulez-vous, ça me rappelle des bons souvenirs Razz

L’Islande ça sera demain.

Mais Aujourd’hui c’est les Féroés.
Pour rappel donc le bateau est celui d’une compagnie des Iles Féroés et fait escale à Torshavn, la capitale de cette région danoise mais autonome. Je dois bien avouer platement que pour moi, les Iles Féroés c’était ces images assez peu subtiles de mise à mort de globicéphales au bord de l’eau.

Si je me doute bien qu’il y a bien d’autres choses que ce reste d’actualité d’époque, ce n’est pas cette année qu’on en apprendra beaucoup plus, on n’y descendra pas. Par contre, je peux vous montrer à quoi ça ressemble vu de la mer.

ça commence de manière assez soft, voire banale :



De plus près on voit quand même qu’on navigue depuis un jour entier et que ça ressemble assez peu à Bruxelles :



(le bâtiment rouge est celui du gouvernement ou du parlement, je ne sais plus)

Les petites maisons colorées succèdent aux petites maisons colorées, ce qui égaie le gris du temps.





Evidemment, tout le monde est sur le pont ;-) C’est pas la montée des marches à Cannes mais les bons coins à photo sont vite occupés !
Cela dit, ça permet de faire d’autres photos...



(dites-moi si d’un point de vue Internet c’est un souci d’avoir des personnes, même si dans ce cas-ci, je les trouve peu reconnaissables).

Peut-être regardaient-ils ceci ?



(les camions de transport de la compagnie, comme celui qu’on avait croisé sur notre esplanade à Terrano danoise)

Non, Torshavn c’est joli, pittoresque mais sans plus. Ceci étant écrit une fois revenu d’Islande (oui oui, j’y viendrai... Razz) , il y a peut-être une sorte de blasement ;-) (ça existe blasement ???)

Non non, pour moi ce qui est vraiment époustouflant, c’est la sortie du port.

Là, c’est grandiose.

Vraiment grandiose.



C’est terriblement typique des brochures de tourisme mais aouw, en vrai, c’est fantastique.

D’autant que le soleil joue avec les nuages, ce qui est plutôt photogénique ;-)



Et ce bateau qui navigue entre ces pyramides naturelles !







Moi , j’adore. Pour peu on se croirait dans un blockbuster américain où les héros sont à la recherche d’une vallée mystérieuse recelant trésors, dinosaures et autres blondes en perdition.
(ou quelque chose dans ce goût-là)





Il y a de temps en temps un village niché là, au pied de ces géants...



Géants qui ont souvent la tête dans les nuages ;-)





Magique !

Bon, allez, je terminerai par quelques photos du bateau. Les dernières.







(oui, j’ai pris une photo des boutons de l’ascenseur)

Et à propos de bateau, il y a des oiseaux qui aiment le suivre.



Bifidusse

Messages : 64
Date d'inscription : 18/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Bifidusse le Ven 2 Sep - 1:44

JOUR 4



Alors, aujourd’hui...

Eh bien, aujourd’hui, j’ai franchement eu du mal à me lever. Et j’ai pris le temps de me manger quelques pêches au sirop faites maison (mais pas de ma maison).

Sinon la journée a été fatigante.

Et un p’tit melon-jambon ce soir.

(...)

(...)

(...)

Que dites-vous ?

Vous n’en avez cure ?
Ça ne vous intéresse pas du tout ?

Vous vous en tapez royalement ?

Bon bon bon, d’accord, passons à l’Islande, alors... :-/

(y’a vraiment que ça qui vous intéresse hein ? Ah ! Je le savais que c’était pas pour moi !)


Razz


Nous disions donc : l’Islande.

Car c’est aujourd’hui qu’on arrive.

Et aujourd’hui, pas de petit déjeuner plantureux : on arrive tôt. Et on est prié de dégager les cabines deux heures à l’avance. Deux heures à traînailler dans les escaliers ou à buller à la cafétéria.

Ou a scruter, depuis le pont, les premiers signes d’Islande...




Premier signes qui sont assez peu habités. C’est moins grandiose que la sortie des Féroés, mais c’est l’Islande et des choses grandioses, on va en voir dans les trois prochaines semaines...

On voit d’ailleurs nos premières neiges (on est quand même en plein juillet, je le rappelle !).










Je commence aussi à faire des gros plans de montagnes. Peut-être qu’inconsciemment, je cherchais à voir mon premier mouton... (ça, des moutons, on va en voir...)



Signe qui ne trompe pas : notre premier drapeau islandais ;-) (ça aussi on va en voir, mais moins que des moutons, faut pas déconner)



Autre signe qui ne trompe pas : l’itinéraire sur télé écran plat du bateau Razz



(mais je vous l’accorde, c’est tout de suite moins glamour)


Et vous savez quoi ?

On fait péter le grand bleu dans le ciel aujourd’hui !




(oui oui, ça se voyait déjà dans les photos, mais je suis scientifique à la base, donc bon, une carte météo, ça me confirme le ciel bleu vu dehors)

(oui je sais c’est bizarre comme logique)

(mais bon)

(je me soigne)

(parfois)

Allez, salut l’océan, la terre ferme nous attend !



On débarque donc à Seydisfjördur, le port au fond d’un des fjords de l’est.

Le temps est superbe. Vraiment superbe.

Le débarquement se fera aussi facilement que l’embarquement. Si pas plus, le passage de la douane est plus qu’une formalité. Bonjour ! Vous restez combien de temps en Islande ? 3 semaines. Et la dame de mettre un autocollant sur le pare-brise et vogue la galère... (ou roule le Terrano, au choix).



Certains se feront fouiller de manière plus approfondie (n’y voyez rien de salace, voyons).
Enfin, cela dit, si le camion à rayon X pour voitures façon scanner à main (les plus vieux d’entre vous comprendront Razz) est à l’extérieur, les voitures choisies sont amenées à rentrer dans le bâtiment juste à sortie de la frontière. Le volet s’ouvre pour laisser passer la voiture... puis se ferme. Vu comme ça, c’est bizarre.
Mais on n’a pas entendu de cris. ça doit être bien insonorisé.

Alors, à quoi ça ressemble l’Islande ?

Allez, d’abord on dit au revoir au bateau :






Et on prend la route. Tous en file indienne ou presque, que des plaques « étrangères ».
ça ne durera pas...

Le fjord dans lequel se trouve le port est tout simplement superbe. Il est large, profond et franchement resplendissant par ce temps radieux (au retour on a traversé un nuage, mais bon, là, c’était radieux Razz).

Pas beaucoup de photos malheureusement, trop de monde sur la route (tout est relatif) et pas encore habitué au manque d’endroits pour s’arrêter Wink

Mais sinon l’Islande dans les premiers kilomètres ça ressemble à ça :



C’est ouvert, très ouvert, et rempli de cascades.

Et jusqu’ici, très goudronné.



Première étape : Egilsstadir.

C’est grosso-modo la première ville après le port. Le port en lui-même étant à Seydisfjördur, qui est de la taille d’un village, voire d’un petit village (en Belgique on est un peu les uns sur les autres donc bon, hein Razz).


Première photo d’un 4x4 local.
C’est les mêmes qu’ici. Mais modifiés. Chez nous ça ferait kéké, ici c’est normal, voire franchement nécessaire.



Egilsstadir c’est là qu’on va voir tous les touristes venus par le bateau. Au menu : faire le plein et aller au supermarché.

Deux épreuves.

Le supermarché : bon allez, épreuve, j’exagère, mais allez comprendre ec que vous achetez quand tout est en islandais et que vous comprenez aussi bien l’islandais que, mettons, le lapon.
Eh ben, c’est obscur. Même si à la longue on finit par voir beaucoup de rapprochements avec l’anglais, l’allemand ou le néerlandais (et sûrement plein d’autres langues que je connais pas).

Mais bon, un pain c’est un pain, idem pour le saucisson ou le jus d’orange, on vend rarement du saucisson dans des briques en carton avec une orange en photo dessus donc bon, on s’en sort Razz

En parlant de charcuteries, on restera dans le classique, sinon y’a des machins bien tripeux qu’on préfère laisser en rayon...

Ah oui, premiers contacts aussi avec le skyr. Et premiers stocks de Pepsi. Paraît que les Islandais sont fous de caféine, on va donc faire couleur locale (rhooh l’argument à deux sesterces pour pouvoir boire du Pepsi tous les jours, tsssssss)

Les pompes : pas de bol, celle que l’on a choisi a les indications en islandais.
Je demande à un local (un flamand qui vient de débarquer du bateau, ben pour moi c’est un local, na Razz) comment ça marche. Visiblement mon néerlandais est toujours aussi mauvais, vu qu’il me répond en français.

Comment ça marche une pompe en Islande ?

Vous devez mettre la carte. Et la retirer presque aussitôt, tellement tôt qu’on se demande s’il n’y a pas un problème.

Puis on tape son code.

Ensuite le montant. Le montant de quoi ? Le montant de l’essence que l’on va mettre.

Ah.

Alors...

A raison de 242 ISK (kronur) le litre, et à raison de 162 ISk par euro, je divise par 1000, je multiplie par 6, je retiens 5, je retranche 23.568 avant de multiplier par 3.14 et j’obtiens... allez, 7000 !

Ce qui nous fera 28.46 litres. Comme le prix est partout pareil à un poil de c, euh, à peu de choses près, on fera souvent de pleins de 28.46 litres Razz

Bon bon bon, on nous a dit que c’était juste un montant maximum qu’il fallait indiquer. Et que si on mettait moins, on était débité de moins. Par sécurité on mettra quand même jusqu’à la somme prévue, les maths c’est bon pour la santé du cerveau.

Allez, roule, on a de quoi manger, de quoi boire, de l’essence et autour de l’essence, un Terrano-motorhome.

Trajet prévu :



C’est déjà une belle trotte.



On quitte la route 1 assez rapidement.

J’ai pas acheté un 4x4 pour faire de la figuration.

On oblique donc vers la 901, qui est une route secondaire, jusque Mödrudalur, où se trouve la dernière pompe avant les choses sérieuses. Parce que le trajet qu’on a prévu ne passe pas devant une pompe avant longtemps et on a beau avoir fait le plein en arrivant, l’idée de la panne sèche ne m’intéresse pas trop et je n’ai aucune idée de la consommation du bestiau en conditions « difficiles ». Il s’il m’a gratifié d’un encourageant 9.5 litres sur l’autoroute, je préfère la jouer sécurité.

C’est sur la 901 qu’on fait notre première avec des mousses de l’espace :



(c’est encore plus fluo en vrai)



Puis on pique-nique devant notre premier paysage de fou.



A part l’engin de chantier qui refait la route, c’est calme Razz

C’est aussi là que je me rends compte que le pot d’échappement a moyennement apprécié les graviers de cette route secondaire.

Y’a tout simplement une couche qui se fait la malle !

Certes il a l’âge de la voiture, mais on avait tapé dessus avant de partir et ça semblait tenir.
A retenir : taper dessus ne suffit pas pour l’Islande.

Moi qui pensais avoir tout prévu comme petit matériel, je me rends compte que je n’ai pas de fil de fer. Erreur mon cher Watson.

S’ensuit donc le bricolage suivant :



On peut pas dire que j’avais grand espoir que ça tienne, vu que c’est quand même gentiment du plastique et que c’est un peu chaud un pot, même en Islande.

On verra.

A Mödrudalur, on fait donc le plein à une drôle de station...



Mignon, non ? La jeune fille qui nous sert parle en anglais avec la patronne.
Elle est finlandaise !

A Mödrudalur on demandera aussi s’ils n’ont pas de fil de fer... on nous demande d’attendre le patron.

Et quand le patron est là, il nous dit : vous voyez les poteaux, là, et les travaux ? (genre à 50m). Euh, oui ? Ben là il y a du fil de fer et des outils, servez-vous.

Premier contact avec la serviabilité islandaise !

Nous voilà donc partis à la cueillette de fil de fer.

Enfin, du fil de fer, un machin épais comme j’ai jamais vu. Evidemment, il maintien des poteaux en bois de qq mètres avec ça, certes...

S’ensuit le bricolage n°2, où j’ai bataillé fermé pour enrouler ce machin rigide autour du pot. Avec ma pince de mécano du dimanche.

Bon, ben on verra si ça tient... là on doit tout doucement y aller, il est pas loin de 17h et on est censé être à Kverkfjöll avant la nuit...

On se dirige après vers la F905 (F = route de montagne où le 4x4 est nécessaire).





Il y a des gués sur la route / piste / chemin caillouteux infernal (au choix).

Serait-ce notre premier gué ?



Non, ce doit être celui-ci...



Comme des petits fous, on fait des photos de la voiture avant.

Puis on y va. Première courte, vidéo, tout le tintouin.

Photos après, vidéos, la voiture qui goutte...

Et on repart.

Ah...

et ça ?



Ah oui !

C’était ça le gué ! Avant c’était une grosse flaque.

C’est aussi là qu’on comprendra que les gués indiqués sur la carte sont ceux indiqués sur la carte. En vrai, il y a plus, parfois très nettement plus, de machins coulants à passer.

La route vers les Kverkfjöll est tantôt pénible, tantôt magnifique (et aussi parfois pénible).

Souvent trépidante (‘tain, les nids de poule et la « tôle ondulée », ça secoue tout), au point que je ma demande si je ne roule pas trop vite (de nouveau, tout est relatif) et si ma voiture va tenir le coup, parfois très roulante (70 km/h c’est très roulant Razz).





Poussiéreuse aussi. C’est là aussi qu’on se rendra compte que la porte de coffre est pas top étanche à la poussière. Et que finalement, la clim c’est pas si con, même en Islande ! (voiture bleue assez vitrée + soleil + vitres fermées à cause de la poussière = chaud).

Et à propos de tenir, je suis content d’avoir mis le fil de fer, parce que les menottes en plastique se sont fait la malle...

Et quand je dis que la route est magnifique, c’est qu’on passe par plein de paysages différents.

Vous avez le paysage noir, façon Mordor.



Mais où la végétation n’est pas absente.



Et des paysages sableux aux pistes claires et lisses (de nouveau, tout est relatif Razz).







(par contre je n’ai pas le nom de cette montagne, autour de laquelle on n’a pas arrêté de tourner)



Ou des choses plus caillouteuses où l’on est sûr d’être sur la bonne route uniquement parce qu’on a suivi les bons panneaux... (d’ailleurs, les panneaux nous auront fait passer par la F902 et F903, dont la fin est en pointillé, c’est-à-dire normalement non entretenue par les pouvoirs publics).



On traverse parfois des rivières furieuses...



(avec un pont hein)



et plein de gués !





Conseil du jour : éviter la grosse pierre Razz)

Certains de ces gués sont relativement profonds, on sent bien que le moteur ne chôme pas.









Un de ce gués sera même un peu mouvementé, j’ai roulé sur une grosse pierre que je n’avais pas vue.

Et si je n’ai pas de photos du T2 à l’oeuvre, voici un Toy en passage de gué (sans trop ralentir, lui par contre)



Et on arrive finalement au refuge, assez tard.



On aura mis plus de 4h pour aller de la station essence au refuge.

Sur la fin j’oubliais mes inquiétudes quant aux secousses dues à la route. Ça me rappelait Colin Mc Rae 2 (un jeu vidéo, donc Razz), les dérapages en moins.

On ne le voit pas sur les photos mais pour arriver au refuge, les routes sont rouges...

Bon !

Tout a tenu. Nous aussi. Mais on est un poil crevés là.

Le refuge est sympa, y’a même des douches chaudes. Payantes mis chaudes.

Premières impressions de vacances au froid, quand on va se brosser les dents avec deux polars, une veste et un bonnet...

Première fois qu’on dormira dans la voiture aussi.

Ah, quand je dis que tout a tenu c’est pas tout à fait vrai.

Au rayon des grands blessés on a :
- une paire de lunettes de soleil qui n’ont pas résisté au contact du TDB avec les vibrations
- des cannettes de bières complètement poncées par le frottement contre les caissons
- une table pique-nique dont on ne va pas tarder à voir qu’elle perd ses boulons...

Mais sinon tout va bien Razz

Allez, dodo !




(dites, les prochains je vais faire plus court je crois, sinon vous allez finir par décrocher malgré les paysages islandais et moi, par ne plus dormir Razz)


(9 pages dans Word quand même)

Bifidusse

Messages : 64
Date d'inscription : 18/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Admin le Dim 4 Sep - 19:21

perso, je me régale et te remercie du temps passé à nous détailler tout ça avec ses photos, c'est génial!!!! il y a des paysages, c'est impressionnant !!!

_________________
La Corse est un pays libre et ses chemins aussi... RISPETEMU A NATURA
avatar
Admin
Admin

Messages : 1255
Date d'inscription : 13/12/2008
Age : 38
Localisation : Biguglia ( Haute-Corse )

Voir le profil de l'utilisateur http://corsica-suzuki.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  spiroule35 le Lun 5 Sep - 0:15

Bifidusse a dit : "dites, les prochains je vais faire plus court je crois, sinon vous allez finir par décrocher malgré les paysages islandais"

Perso, je trouve ta façon de nous décrire ton périple d'une très grande richesse Exclamation Exclamation Exclamation Very Happy

Là, en ce moment, j'ai juste le temps de le parcourir rapidement, mais il est clair que j'y reviendrais plusieurs fois et dans tous les détails une fois que je me serais libéré pour pouvoir me "transposer" et tenter de ressentir ce que vous avez vécu là-bas tous les 2 !!!

Et c'est grâce à ta description minutieuse que je vais pouvoir me faire ce voyage "par procuration"...
Alors, une grand MERCI, et continue de faire comme tu le ressens surtout... Wink Cool Very Happy

_________________
U sòle si pèsa par tutti. - Le soleil se lève pour tous.
avatar
spiroule35
Modérateur

Messages : 966
Date d'inscription : 07/10/2009
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Bifidusse le Mer 7 Sep - 9:17

Merci merci Wink

J'y reviendrai, sur la procuration Razz

JOUR 5 : voyage intérieur

Jour 5 : deuxième jour en Islande, première nuit, pas mauvaise.

Le confort dans la voiture est assez serré mais les matelas sont bons, l’opacité des vitres très valable et la condensation assez limitée (enfin, c’est mouillé devant et derrière mais ça sèche rapidement).

Le tidéj n’est pas un modèle de plantureuse gastronomie mais du pain mou islandais avec du Nutella dessus, ça nourrit.

On est arrivé bien trop tard hier que pour aller voir la grotte de glace. On y va donc ce matin.
Oui bon, il devait être 11h59 mais vous savez ce que c’est, c’est les vacances, on est fatigué, il fait froid dehors... se taper hors du lit n’est pas le plus facile. Et on est grand débutant en matière de rangement de voiture.

Parce que ranger la voiture pour prendre la route c’est :
- plier et ranger les matelas (je vous déconseille définitivement l’autogonflant de 10cm, c’est lourd, encombrant et ça veut s’autogonfler tout le temps quand on essaie tant bien que mal de le plier, je vous raconterai plus tard la super technique qu’on a fini par adopter :p).
- plier et ranger les sacs de couchage
- démonter la planche qui permet à votre humble mais raisonnablement grand serviteur de ne pas se sentir comme une sardine dans sa boîte (en clair, d’avoir un couchage de 2m là où le T2 fait 1.71m de long)
- remettre la glaciaire à sa place
- se battre avec l’inclinaison des sièges qui empêche les couvercles de s’ouvrir
- ranger le pc
- et j’en passe parce que là il est 23h, que j’ai sommeil et que notre petite logistique ne doit pas être ce qui est le plus passionnant à lire Razz

Bref, on décolle à une heure indue mais voilà.

Direction : la cave de glace.



Via une route caillouteuse et vraiment pas roulante. J’ai même dû passer les courtes sur les derniers mètres, c’était vraiment trop défoncé que pour rouler en 1ère même sur le ralenti (d’autant que ça montait donc bon).









Cave de glace qui est une sorte de grotte sous la glace.



J’adore la texture de cette glace...



... et les enchevêtrements que ça donne... limite glace au Tiramisu comme ça... (désolé Wink)



Devant la scène, une rivière coulant de par dessous les plaques de neige qui restent.



On n’en verra pas beaucoup plus car la rangeuse (le féminin de ranger) croisée sur la route hier nous a dit qu’il y avait eu un tragique accident 3 semaines avant. De la glace qui s’est détachée.

ça ne nous a pas super motivé à gambader allègrement sur la plaque de neige permettant l’accès.

D’autant qu’on voit sur la photo que les précédentes traces sont légèrement à un endroit où ça s’est effondré (notez aussi le gros bloc fendu par le gel, enfin, le gel, si ça se trouve c’est des extra-terrestres mais le gouvernement ne nous dit jamais rien).



Vive les zooms.

Qu’à cela ne tienne, on profitera de la flore locale, plutôt ;-)





(le retour de la mousse de l’espââce)


Ce qui est frappant avec les routes islandaises, c’est leur tortueusité et leur russo-montagnite aigue. Parfois on se demande, pour les virages, s’ils l’ont fait uniquement par pur respect de la tradition du rallye ou bien par réelle nécessité. Toi t’as l’impression qu’une ligne droite aurait été bien plus simple mais non, tu tournicotes comme un malade.

Mais c’est photogénique.

Et les « blindhead » (en anglais littéral ça donnerait qqch comme « tête aveugle ») poussent à avoir une grande confiance dans les faiseurs de route, parce que parfois, on ne sait tout simplement pas si la route continue (en général, si, c’est bien fait, les routes sont continues, ouf).



Après ce petit passage par l’ice cave, on repart vers le refuge.

On en profite pour mitrailler le paysage alentours.









Et on se retape la portion de route qui aboutit au refuge, qui est d’une caillaisserie fatigante.

Oh, vous n’avez rien remarqué à la photo précédente ?

Un petit point blanc au loin...

Moi j’avais rien vu sur place.

Par contre, en reprenant cette route (le refuge étant dans un cul de sac), je finis par apercevoir une voiture garée le long de la route.

Je me dis en moi-même (parce que si je parle tout haut ça fatigue mon entourage) qu’un 4x4, ça va quand même partout, même là où je n’oserais jamais mettre le mien. D’une part parce que j’ai été traumatisé par les messages d’information visant à nous sensibiliser à ne pas faire de hors piste (au point d’avoir l’impression de détruire tout un écosystème quand on devait rogner sur le bord de la route pour croiser une autre voiture) mais aussi parce que les bords de route islandais sont parfois assez peu accueillants. Un 4x4 c’est bien mais c’est jamais que qq centimètres plus haut qu’une voiture normale et équipé de pneu en vrai caoutchouc absolument pas increvable.

Bref, le temps de me dire tout ça, on arrive à hauteur de la voiture.

De loin ça donnait ça :



Ben ils n’étaient pas garés. C’était deux personnes, qui conduisaient un Grand Vitara, qui ont visiblement raté leur tournant. Pas fort, mais de quoi poser le Vitara sur des blocs assez hauts que pour détacher les roues du sol et racler bas de caisse et carrosserie au passage. J’ai du mal à comprendre comment ils sont sortis de la route. Un peu d’inattention sans doute, les routes sont étroites et les bas-côtés pas très permissifs.

On les engueule copieusement et on se casse sans leur jeter un seul regard.

(pourquoi mon frigo couine comme ça ? C’est bizarre non ? J’espère qu’il ne va pas tomber en panne, j’aime pas gaspiller de la nourriture).

Oui oui, désolé, je me déconcentre.

Que disais-je ?
Ah oui, ben non, on s’arrête évidemment (on n’est pas des sauvages comme dirait le moustachu à chapeau qui vend des caleçons molletonnés, non non, c’est pas un pari, je parle bien de caleçons molletonnés dans un compte-rendu sur l’Islande, c’est normal) et on leur demande si tout va bien. Ils avaient l’air bien marris de leur mésaventure mais plus de peur que de mal (si on considère que coincer une voiture de location sur des gros cailloux n’est pas un mal).

On ne pouvait cependant pas faire grand chose pour eux, pas de câble pour les tirer et quand bien même, je n’avais aucune idée de ce que mon T2 peut endurer.

Et donc ?

On fait demi-tour en 36 manoeuvres (c’est vraiment pas large et j’ai pas envie de coincer mon fier destrier) (si, c’est un fier destrier, d’abord) et on se rereretape la piste caillouteuse et pénible une nouvelle fois, jusqu’au refuge pour avertir gardien et ranger. Qui partiront tout de suite après avoir été prévenus (‘tain, ça roule vite un ranger sur une piste défoncée).

Et donc on se rererererererererereretape ce bout de piste à la noix de saleté de machin à cailloux qui biquent encore une fois.

Pour la petite histoire, on reverra les deux personnes plus tard, à Husavik, avec une autre voiture ;-)

Cette fois-ci on remonte la F902 jusqu’au croisement d’hier om l’on reprend la F910 vers Askja, qui est notre destination de ce jour.









Drôles de blocs, parfois...

... et toujours cette végétation, volontaire



et des routes sans fin Razz



On y croisera deux motards à qui on demandera si tout va bien, l’un d’entre eux regardait visiblement son moteur de près. Un Suédois et un Finlandais qui se sont rencontrés sur le bateau et qui font la route ensemble (c’est-à-dire qu’il y en a un qui se mange une poussière d’enfer). Si là ils étaient à l’arrêt (un des deux avait une caméra sur le torse Wink), ils nous rattraperont plus tard. Je les laisserai passer, ils avaient bien plus vite (et avaient l’air de bien s’amuser ;-)).

Direction Askja donc, par la F910 qui ressemble parfois à une autoroute comparé à ce que l’on a subi avant.







Attention, en Islande, quand la route non goudronnée est plutôt plane et roulante, ça veut dire :
- qu’il y aura bientôt un tournant
- qu’il y aura bientôt une partie très défoncée
- qu’il y aura bientôt une changement de surface
- et souvent un peu des trois en même temps

Sérieux, on croit tomber sur une portion un peu roulante mais ça ne dure que le temps de faire une vidéo pour me souvenir. Il faut être toujours très vigilant. ça, le fait qu’on a une moyenne de limace asthmatique et les vibrations, ça rend certaines portions très fatigantes.

Sur le chemin on croise un pont avec une barrière.
Et en face, un véhicule arrivant.
Qu’on laisse passer.

C’est un couple de Nissan Patrol locaux, c’est-à-dire des machins monstrueux avec des boudins qui, vu leur taille, doivent faire flotter la voiture dans les gués.

La dame qui conduit le 2e me demande si je peux fermer la barrière (puisque j’allais passer par là aussi).

Je dis oui.
(gentil le Bifidusse, hein)

Et puis j’entends chbroml.

Chbroml ?

Chbroml c’est le bruit d’un pneu extra large de Patrol islandais qui vient racler et déboîter un pare-choc de Terrano belge.

Hééé, on va arrêter là les ennuis, déjà avec le pot hier, on a encore de la route à faire nous, à ce tarif-là, on va finir à pieds :p

Elle proposera de remplir un constat, ce que l’on fit (vive les modèles tous les mêmes qu’elle que soit la langue...).

On a essayé de réemboîter le pare-choc mais sans succès. C’est un autre automobiliste, qui s’arrêtera qui nous aidera à remettre le pare-choc plus ou moins en place. Arrivés à Askja le garde (ou en tout cas qqn du refuge, le véhicule frappeur était un véhicule d’intervention islandais, genre secours en montagne) nous mettra du tape macgyver pour le faire tenir en place, histoire que la porte de coffre puisse s’ouvrir sans problème, car déboîté même remis, le pare-choc était dans le chemin.

Ce soir, repas thaï. Il pleut un peu, on sort le parapluie ;-)





Le tout dans le décor askjaesque du refuge de Drekagil.

Temps un peu maussade. On se dit qu’on ira voir Askja et son cratère bleu demain.

Titine en configuration « dodo » :


Bifidusse

Messages : 64
Date d'inscription : 18/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  spiroule35 le Mer 7 Sep - 13:12

En tout cas, moi, j'adore ta façon de t'exprimer et décrire ce que tu as vécu Rolling Eyes Rolling Eyes cheers cheers :
Plein d'humour, d'auto-dérision, de finesse d'esprit, de culture, c'est du grand art et un super plaisir à te lire Exclamation Exclamation Exclamation bounce bounce bounce
Et pas mal de sourires et rires aussi quand tu décrits tes péripéties... Laughing Laughing Laughing Je suis client Wink et je passe de supers moments...... flower flower flower

C'est cool tout ça !!!! D'autant qu'on n'est qu'au cinquième jour en plus............ Cool Very Happy

_________________
U sòle si pèsa par tutti. - Le soleil se lève pour tous.
avatar
spiroule35
Modérateur

Messages : 966
Date d'inscription : 07/10/2009
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Bifidusse le Sam 10 Sep - 16:26

Embarassed Very Happy


La suite !

JOUR 6 : Askja-Asbirgy, du cratère au canyon

Mais avant toute chose : une amie qui a lu ces quelques lignes me dit que je devrais mettre des avertissements.
En effet, j’y dévoile trop de choses pour de potentiels voyageurs (vous verrez qu’aujourd’hui je parle même petits coins d’aisance, c’est vous dire la profondeur de mon propos).

Dont acte :

Warning ! Spoilers !
Explicit lyrics. May contain traces of tips, advices or real pieces of Icelandic feeling.
Causes addiction.
Do not exceed 10’ reading per day (ça, vous êtes tranquille, je distille...).

Razz

Aujourd’hui, programme optimiste.
Et relativement kilométré.



Il fait splendide et Askja nous attend. Askja et sa caldeira.

Quittons donc ce joli camping de Drekagil (un peu rempli mais bien tenu).



Il y a toujours bien un Def qq part pour faire une photo « typique » Razz A noter que la très grosse majorité des Def rencontrés sont étrangers. Les Islandais sont plutôt japonais en matière automobile (et islandais pour tout le reste Razz) ;


Pour aller à Askja, on emprunte la route F894, qui va jusqu’au parking. Après les moutons et les cascades, c’est ce qu’on trouve le plus en Islande, un parking (et des toilettes), juste avant le chemin qui mène au point de vue (même si le dit chemin peut être de longueur très variable Wink).

Elle est un peu cabossée.


(photo binôme)

Oh, de la neige… on est quand même fin juillet, je le rappelle… il est vrai aussi que les routes que l’on a empruntées pour venir ici n’étaient pas encore ouvertes il y a deux semaines de cela.
Sacré pays !


(photo binôme)

On arrive finalement au parking, où nous attend le panneau d’information.



D’ailleurs, on en trouve un peu partout des panneaux d’information.
On trouve également la toilette.

On est là, en plein milieu de nulle part (un nulle part touristique, certes, mais à part la route défoncée, un parking et des gens, y’a rien d’humain à des kilomètres à la ronde) et y’a des chiottes. Séparées hommes/femmes s’il vous plaît.
Alors oui on fait pipi dans un trou (agrémenté d’une planche de WC totalement conventionnel). On voit également très bien le fond du trou et ce qui, inexorablement, le remplit. Mais y’a une toilette !

Bref.

Je ne suis pas ici pour vous parler sanitaires.

Askja, donc.

Et la neige d’Askja. Commence un lourd périple, harassant, épuisant, que dis-je, exténuant d’au moins 30’ (comment ça je ne suis pas sportif ? Mais je ne vous permets pas ! - même si vous avez un petit peu raison, il faut bien l’avouer).



C’est que c’est fatigant de marcher dans la neige ! J’ai pas l’habitude moi ! Laughing

Mais on se harasse dans des paysages splendides à perte de vue. Ce qu’il y a là-bas, je ne sais pas, mais être mouton ou mieux, oiseau en Islande, ça doit être sympa quand même.







Et ça continue, parce qu’une fois arrivés à Askja, on continue à en prendre plein les pixels.





La grosse tache bleu pâle pastellisée c’est la caldeira du volcan. Qui a érupté (il manque quelques morceaux de conjugaison en français parfois… tiens, d’ailleurs, j’ai appris aujourd’hui qu’il n’y avait pas d’imparfait pour « frire ». Comment qu’on dit alors pour des frites qui étaient en train de frire ? - oui, je suis Belge je prends des frites comme exemple, d’abord - eh ben y’a pas moyen. Vous me direz on ne parle jamais de la cuisson des frites à l’imparfait, on les a déjà mangées depuis longtemps mais bon, voilà. Fin de la parenthèse ortho-belgo-grammaticale, je sens bien que ça vous passionne).

Qui a érupté, donc, il y a une bonne centaine d’années si je ne dis pas de bêtises.

Et le machin qui commence au milieu dans le bas de la photo c’est le chemin, enfin, le sentier, enfin, le ravin raviné qui mène en bas.

En bas ?

Ben oui, pour aller se baigner, pardi !

Mais bon, je suis comme qui dirait pas un très grand fan de la flotte, surtout quand il s’agit de se déshabiller dans un pays recouvert de glaciers. Et alors nager je vous dis pas.

Allons donc voir de l’autre côté ce qu’il y a, histoire de gagner du temps (ou de se motiver, au choix).

Vous avouerez que ça vaut le déplacement…





Et le temps, splendide, donne à ce lieux une beauté assez extraordinaire…



Mais bon, on n’a pas fait tout ce chemin pour faire l’impasse sur le truc sympa du coin, à savoir se baigner dans un cratère de volcan (ça c’est pour frimer face aux ceusses qui savent une fois pas que ça a pas érupté depuis 100 ans, de plus en plus littéraire et stylé le Bifidusse).

Mais non c’est pas dangereux… Razz (photo binôme)



Je traîne encore un peu en haut…



Et puis go ;-)

On a eu de la chance. Une fois en bas, la dizaine de touristes français n’est plus restée trop longtemps et on a eu le cratère pour nous tout seul pendant une dizaine de minutes.

C’est pas la foule, mais l’endroit est quand même couru et visiblement, plein de gens ont envie de faire les touristes comme nous et frimer dans le cratère Razz

C’est quand même sympa en bas…





Et c’est là que je me dis que finalement, un compact étanche, ça a du sens…
Sérieusement, je vous le conseille, quel que soit le voyage. C’est petit, ça se met dans n’importe quelle poche (en tout cas celui que j’avais) et ça ne craint pas la pluie. Idéal.



Et pour vous montrer quand même la taille de l’ensemble…



Ah oui, j’oubliais, ça fume et ça pue en bas.

Et pour cause, si tout le monde a envie de venir s’y baigner, ce n’est pas par exhibitionnisme (ah ben oui, les Islandais n’ont pas mis de vestiaires en bas, y’a des limites), c’est aussi parce que l’eau est chaude.

Enfin, chaude, c’est pas un jacuzzi non plus mais suffisamment chaude que pour s’y baigner, et pourtant je suis un peu frileux dans l’eau (ah ben oui, en plus d’être un grand sportif, il me faut de l’eau chaude, ça).

L’eau est bleu pâle, comme sur les photos, et opaquement laiteuse. Avec un peu goût acide comme ça (ne jamais parler quand on nage, c’est une mauvaise idée).

Et chaude.

Chaude parce que le sol est chaud. Et si vous restez plus de 15 secondes au même endroit, c’est même très chaud ! Et puis ça fait des bulles (finalement on n’est peut-être pas loin d’un jacuzzi…).
Bref, c’est gai.

Et non, n’insistez pas les filles, je ne mettrai pas de photos de moi dans l’eau (car je sens que vous insistez. Non ? Vous n’insistez pas ? Wallez, un petit peu quoi. Non ? Bon bon bon…)

Et donc ça sens un peu mauvais, géothermie oblige. Outre l’œuf dur (parce que moi je dis œuf dur, d’une part parce que ça sent comme quand on cuit des œufs - logique - et que je sais pas comment ça sent l’œuf pourri), il y a aussi cette subtile et légère odeur de couloir de métro ou de mur de monument en pleine ville.

Et ça fume, donc.





Vous voyez, quand je vous disais que le chemin était escarpé… (et boueux).



(avec en auteur principal mon sac à dos, ça c’est du reportage)

Mais c’est pas tout ça, on ne va pas y passer la nuit, d’autres personnes arrivent et il est temps de me massacrer le genou contre un rocher que je n’avais forcément pas vu en sortant de l’eau (me le suis remassacré une semaine après être revenu, je dois inconsciemment lui en vouloir où je ne m’y connais pas).

Bon, c’est sûr que la boue des berges et l’air pas très chaud ne sont pas la partie la plus agréable du moment mais ça valait nettement la peine.

Et vive les essuies microfibres, ça sèche en moins de deux ces petits machins-là ;-)

Allez, on remonte. La prochaine fois j’investirai dans des bâtons de marche. Non non, je ne suis pas tombé, mais l’endroit est assez brut mise à part une corde qui a dû être utile un jour mais qui ne sert plus à grand-chose vu la position actuelle du chemin.

En haut le paysage est toujours aussi beau et photogénique.



Faire le tour du lac adjacent doit être bien sympa…

Allez, on rentre.
L’immensité est totale (cette phrase est bizarre, non ?)



Et les alentours ont un petit air kerlingarfjölesque.



Ah, et quand je vous disais que c’était couru…





(quand je pense que certains disent qu’un 4x4 c’est grand, allons allons…)
(bon d’accord, le grand angle accentue un peu l’effet visuel…)
(notez aussi la plaque du bus… Razz)


On reprend la route, la F894 prise en venant et un bout de la F910 prise hier pour arriver au refuge.





Idéalement j’aurais voulu remonter vers le Nord via la F910 (la portion qui continue, après le refuge) pour rejoindre la F26 avant d’aller sur Godafoss. Mais cette portion-là n’était toujours pas ouverte à la circulation quand on a quitté la mère patrie une semaine auparavant. Et puis cette route nécessite plus d’expérience et un véhicule sans doute plus velu que mon vénérable T2.

Pour la prochaine fois ;-)


Nous voilà donc embarqués sur la F88, avec la ferme intention d’aller jusque Dettifoss.

La Ranger vue hier ou avant-hier nous disait qu’il y avait des gués un peu profonds sur cette route et que notre 4x4 était « a bit low » mais que ça irait. Comment ça « a bit low ? » Comment qu’elle parle de ma titine éh ! Wink

Le temps est toujours au beau fixe et on traverse les contrées assez désertiques de la F88. D’ailleurs, du désert, c’est ce qu’on voit depuis deux jours. A part quelques petites fleurs, c’est effectivement très peu vert tout ça.

Mais il y a de l’eau.



(Jöulsa à fjöllum )

Et toujours ces petites fleurs bien téméraires.





Et Herdubreid, donc ;-)



C’est là qu’on tombe sur quelque chose de très étonnant.
Enfin, très étonnant, on avait lu dans le guide qu’il y avait une oasis.

Je sais pas vous mais pour moi une oasis c’est :
- une boisson vantée par feu Carlos (le chanteur hein). Toutes mes excuses à ceux qui ont maintenant « Oasis Oasis tout le monde aime ça ! » en tête.
- du sable avec au milieu un palmier et de l’herbe.

Eh bien c’est à peu près ça, ou du moins c’est très vert.





Les couleurs de cette verdure sont absolument irréelles.

Sérieusement, il n’y a aucun trucage ni photoshopage. L’eau est de cette couleur-là.



Ah, oui, au fait, ça c’est aussi un des gués à traverser.

La rivière qui passe (la Lindaa ici je pense, ou alors la Lindaa c’est le prochain gué, je ne sais plus, ou alors elle serpente) ici donne véritablement vie à toute une « faille » de verdure.

C’est assez impressionnant à voir, surtout quand on vient de bouffer du sable et de la poussière pendant deux jours.



J’adore les petits îlots que ça fait !




Le gué est impressionnant à première vue mais se passe sans souci.

Le suivant est un peu plus costaud.

Des panneaux officiels très classiques et des, comment dire, plus artisanaux, donnent quelques conseils de franchissement.





Sur la dernière photo on peut y voir une corde qui donne l’emplacement du point à ne pas dépasser (typiquement, on passe un gué en arc de cercle en « descendant » le courant). Même si je ne vois pas sérieusement quelqu’un aller jusque la corde, tellement elle est loin de la sortie ;-)

Sur cette même photo, on peut apercevoir un de ces courageux sur leurs drôles de machine sans moteur (on appelle ça un vélo je crois, il faudra que j’essaie un jour).

Il avait de l’eau bien sur le genou en traversant. Il a traversé sans presque s’arrêter (mais en descendant de vélo hein… Razz).

On laissera également passer un Landcruiser allemand qui ne s’est pas bcp posé de questions.



Remarquez aussi à quel point c’est devenu brumeux là d’où on vient…

Version large…



A propos de questions avant de passer les gués, le colleur de tape sur pare-choc d’Askja nous racontait que la veille un conducteur avait planté sa Mercedes toute neuve en voulant passer un gué à 30/40 km/h.

Nous on va faire plus calme, hein Laughing

La traversée se fera sans souci, mais on sent bien qu’il y a de l’eau dans celui-ci.
Quelle hauteur je ne sais pas, mais de quoi floutcher devant les phares.



(preuve éminemment scientifique)

Titine en coule.



Ici on aura un petit panneau nous disant que l’on vient de traverser la Lindaa.
(de Suzaa ?)

(hum)

(désolé)

(pas pu m’en empêcher…)


Voilà voilà voilà.

Donc !
La suite sera plus sèche et parfois graphiquement étonnante.

J’en veux pour preuve ce superbe morceau de rivière.





Marrant non comme c’est découpé ?

Allez, encore un, de gué, sur la F88. Ici on traverse la Grafarlandaa.



De l’autre côté la route continue… (rigolez pas, parfois on ne voit pas la route ;-)).



La traversée ne posera pas de souci non plus, mais il est un peu plus costaud que le précédent.

La prochaine fois je mets une caméra sur la calandre Razz

Bon, c’est pas tout ça mais la F88 s’éternise un peu, ou du moins, comme toute piste, on croit avancer mais les kilomètres sont doublés voire triplés.

Drive Baby, drive !



Et puis, au bout, tout au bout, c’est la délivrance !
Enfin, du macadam !



Tel le Pape je m’empresse d’aller l’embrasser.

(ça va pas non ?)

Preuve que l’on sort du désert : le panneau mis à l’entrée.



Content d’avoir plus de 70 litres embarqués moi. Enfin, 70, je ne sais pas si c’est beaucoup quand on estime la conso à 18-20 litres… Quoi qu’il en soit on aura assez d’essence que pour aller jusqu’à Asbirgy (soit Mödrudalur-Askja-Asbirgy avec 3/4 de plein).

Juste à l’entrée on croisera des touristes français qui nous demandaient comment était la route. Visiblement le monsieur était emballé par le fait d’avaler de la piste alors que sa femme s’inquiétait déjà de son empressement quand je précisais que certaines portions étaient roulantes ;-)

Direction : Dettifoss. Car il est déjà 17h l’air de rien.

Dettifoss c’est la chute d’eau superlative.
Le machin qui charrie un nombre de m³ d’eau impressionnant. Je n’ai pas retenu le chiffre exact mais c’était impressionnant.

Dettifoss c’est aussi un petit parking et une infrastructure touristique toute récente (je veux dire par là que c’est asphalté de frais) mais pas envahissante.

Dettifoss ça commence par ces formations typiques (basaltiques ?).



Depuis le chemin qui mène à la notre première cascade (j’adore les chutes d’eau, j’adore l’eau, sauf quand il s’agit de nager dedans, bêêk), on voit, au loin, la « brume » produite par la chute.
Et on commence à l’entendre murmurer.
Elle murmure de plus en plus fort.
Jusqu’à devenir très présente.
Mais toujours invisible.
Avant de se dévoiler dans toute sa splendeur.



Dettifoss c’est de la cascade de brute, basique, sans fioriture mais d’une envergure épatante.
Pourtant, la rivière qui l’alimente ne semble pas furieuse ou exagérément profonde.

Je vous préviens, j’ai mitraillé comme jamais.
Tout petit extrait Razz



Le filé de l’eau… rhaaaaaah…



Cette texture !



Les « embruns » sont permanents et arrosent copieusement le côté gauche de la « vallée ». On distingue, à travers cette brume, le fleuve qui continue sa route.





Non ce n’est pas trois fois la même photo, je m’insurge ! Laughing



Voyez la taille d’un homme, à côté du monstre.

Elle rebondit sur des rochers pendant sa chute…

L’eau est presque de la même couleur que les roches avoisinantes…







Vue d’un peu plus haut elle est encore plus belle…



Mon regret est de ne pas avoir pu passer une heure ou deux à la contempler, juste la contempler. Et aller la voir depuis l’autre berge. La prochaine fois, elle aura droit à sa demi-journée, si pas plus.

Un peu plus haut se situe Hafragilsfoss.

A noter qu’on est toujours sur Jökulsa A Fjöllum.



La photo qui suit est troublante.

On pourrait croire que j’ai photographié une flaque un peu boueuse (ce qui n’a rien d’incroyable, cela dit).



Eh bien non, l’avant-plan gris clair c’est le sol.
Le noir c’est une plage, à plusieurs mètres en bas (voir la photo précédente pour apprécier la hauteur).

Surtout ne pas tomber Razz

Ce qui me fait penser qu’il n’y a aucune espèce de barrière de sécurité ici. Près de Dettifoss, oui, certaines zones constamment arrosées ont même été fermées (on voit encore très bien les chemins qui y passaient), sans doute trop glissantes. J’espère que tout ça ne va pas trop évoluer en tourisme balisé de partout. ça me rappelle un peu Istanbul. J’y ai visité une forteresse dont les remparts étaient complètement accessibles, sans aucune espère de garde-fou.

Quand j’aurai une connexion Internet rapide et que j’aurais un peu joué avec un logiciel de vidéo, je mettrai peut-être quelques vidéos de Dettifoss.

Parce qu’avec le mouvement et le son, c’est merveilleux. A essayer sur grand écran, probablement. Histoire d’essayer de tenter de restituer sa majestuosité.

J’ai bien aimé Dettifoss Laughing

Bon, allez, c’est pas tout ça mais on doit aller à Asbirgy nous.

Il y a quelques années j’ai acheté le guide Gallimard de l’Islande. Il y avait une photo d’Asbirgy façon « monde perdu » de Jurassic Park qui m’avait fait rêver…

On rejoint donc Asbirgy par la 862.


(photo binôme)

Myvatn ça sera après ;-)

La route est jolie, surtout vu le temps, mais Dieu ce qu’elle est pourrie. C’était auparavant une piste. Ici elle est censée être accessible aux véhicules normaux mais je plains ceux qui doivent se la farcir en Yaris.



Je crois que c’est là que j’ai commencé à classer les routes islandaises en deux catégories :
- les goudronnées ;
- les autres.

Autant les goudronnées sont parfaites (d’un point de vue pneumatique, c’est qu’ils n’ont pas chômé, les pauvres), autant les autres sont parfois abominablement fatigantes. Mais cela fait partie du pays et de son côté « sauvage » (tout est relatif, c’est des routes quand même). Gardez-le, ce côté brut, ça force à prendre son temps.


(photo binôme)

(z’avez vu ? Des arbres !)

A propos de temps, on ralentira un peu la cadence après quelques jours. On zappera même l’un ou l’autre « must ».

Mais en attendant on arrive à Asbirgy.

A ce sujet, on chipote un peu avec la carte. C’est la Ferdakort au 500.000e. Et même si on ne peut pas dire que les embranchements foisonnent, une carte un peu plus détaillée peut être utile dans ces cas-là. Maintenant, c’est pas comme si on pouvait vraiment se perdre. Liège c’est autrement plus aventureux.

A propos d’information, j’ai découvert un truc en arrivant à Asbirgy.

En arrivant donc, je vois, sur la route, un panneau routier (logique, fatigué le Bifidusse) indiquant un point d’info.

Un peu plus tard, c’est-à-dire 500m plus tard, comme annoncé : rien. Enfin, rien, le sable qui poussièroie et le ciel qui bleuoie, la routine, en somme. Mais rien qui ressemble à un point d’info.

Ah si.

Une sorte de container. Si j’ai cru un moment qu’il s’agissait d’une aubette à guide touristique fermée au moment de notre passage, j’ai compris plus tard qu’en fait ça, c’était les conteneurs à poubelles.

Je me disais bien que c’était assez basique comme machin…

Et le point d’info alors ? Ben ce sont des panneaux, situés sur un petit espace-parking. C’est tout. Au début ça surprend. Puis on s’y fait et on se rappelle qu’ils ne sont que 300.000 à vivre en Islande, pays à la météo duraille, et qu’un certain pragmatisme prévaut donc en termes d’infrastructure ;-)

Arrivés à Asbirgy, il fait toujours aussi beau. Le camping est bondé de chez bondé. Rempli d’Islandais en WE. C’est pas les plus discrets Razz

On y fait le plein d’essence et de nourriture. Rien que les basiques : chips, Pepsi, dessert dégoulinant de chocolat. Et sans doute l’un ou l’autre truc sain qui ressemble à de la vraie nourriture mais qui n’a pas du me marquer beaucoup.

La découverte du canyon, ça sera pour demain.

A part ça le camping est bien équipé, même si le bâtiment WC-douche apparaît sous-dimensionné par rapport au monde présent.

Bâtiment où j’aurais rendez-vous avec la Rangeuse qui tient le visitor center et le camping.
Rendez-vous « monnaie », pour échanger de beaux billets en pièces de 50 ISK, pour faire fonctionner les douches. Visiblement c’est connu : dès que la Rangeuse se pointe, hop, elle est assaillie de zombies tout sales (nous) qui cherchent des pièces de 50.

Pièces qui ne font que machine à douches - Rangeuse - touriste - machines à douche.

Ayons une pensée pour elles.

Prochaine étape : Asbirgy. Et puis… le nord… :-)

Bifidusse

Messages : 64
Date d'inscription : 18/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  pourquoi2b le Sam 10 Sep - 17:03



magnifique.....

mais c est mon ordi??? ou bien on dirait qu il manque une partie de la photo( droite )?????

en tout cas tu fais rêver.... merci....

un spiroule2.....
avatar
pourquoi2b

Messages : 1019
Date d'inscription : 19/06/2009
Age : 45
Localisation : Bastia

Voir le profil de l'utilisateur http://www.desinfection2b.sitew.com/#Activite_principale_.A

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Admin le Sam 10 Sep - 17:14

Quel régal , c'est génial !!!! Un humour a coupé le souffle de ta part et en prime des détails...
Avec tes superbes photos

Merci à toi encore

_________________
La Corse est un pays libre et ses chemins aussi... RISPETEMU A NATURA
avatar
Admin
Admin

Messages : 1255
Date d'inscription : 13/12/2008
Age : 38
Localisation : Biguglia ( Haute-Corse )

Voir le profil de l'utilisateur http://corsica-suzuki.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit tour d'Islande...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum